Ayurveda; ma cure de Panchakarma en Inde

Pour moi c’était assez abstrait quelques années en arrière. L’Ayurvéda qu’est ce que c’est? Etant curieuse et amoureuse de l’Inde depuis l’adolescence, je me suis penchée sur la question, pour aller au delà de ce que l’on peut voir noté sur certains produits de beauté, qui s’inspirent de plus en plus aujourd’hui de ces traditions indiennes , et sont estampillés « ayurvédiques ». A cette même époque, le hasard faisant bien les choses, je suis tombée sur un documentaire diffusé sur la chaîne de télévision ARTE. Ce documentaire a été comme un déclic ou une révélation pour m’intéresser de plus près à cette médecine, moi qui suis à l’origine formée aux soins et aux métiers de la santé. Et l’ayurvéda est bien plus complexe et globale que ce qui est noté sur des pots de crèmes de soins ou des lotions!

A l’origine c’est la « Médecine traditionnelle indienne visant à établir un équilibre entre le corps et l’esprit, et entre l’individu et son environnement. » l’étymologie du mot ayurvéda vient de AYUR qui signifie la vie et de VÉDA qui est la science ou la connaissance. Cette science puise ses sources dans des textes sacrés de l’Inde antique au II ème millénaire avant notre ère (les Védas). C’est une manière de prendre soin de l’humain de façon globale. Une médecine préventive autant que curative, tout autant qu’un art de vivre qui englobe tout. Une méthode holistique diraient les spécialistes. Prenant en compte la personne dans sa globalité, autant le corps que l’esprit. Au travers de l’alimentation, l’exercice physique, les soins du corps (qu’il soit défaillant ou non), ainsi que le l’aspect spirituel et l’équilibre mental. Loin de moi l’idée de vous faire ici un exposé très théorique des méthodes utilisées, je n’en ai pas les compétences. Certaines personnes sont beaucoup mieux placées pour le faire, étant formées à cette discipline, et pratiquant en tant que thérapeute. La formation est assez longue et complexe, touchant beaucoup de domaines d’expertise (botanique et phytothérapie, nutrition, biologie, yoga et méditation, entre autres). Le but étant pour chacun l’obtention d’un équilibre parfait (autant que possible) entre nos différents constituants, appelés les Doshas. Ceux-ci sont au nombre de trois, pour les principaux, appelés Vatta, Pitta et Kapha, ils déterminent de quel type est chaque personne et ce qui convient à chacun d’entre nous. Car bien souvent nos maux et nos pathologies ne sont que le résultat de déséquilibres entre nos Doshas, et un mode de vie inadapté à notre nature.

Ce qui est fascinant, et tellement loin de notre conception très compartimentée de l’humain de notre société, autant que dans notre médecine. Les médecines orientales sont bien souvent des médecines préventives. Cherchant l’équilibre et la bonne santé de la personne, d’une façon individuelle. Elles sont également capables d’agir et de traiter lorsqu’un problème de santé se manifeste. Mais le but premier étant que justement les problèmes ne surgissent pas. J’ai perçu l’Ayurvéda comme telle, et quoi de mieux que de tester ces méthodes par moi même pour mieux les comprendre. Je suis quelqu’un en relativement bonne santé jusqu’à présent. Assez soucieuse de mon alimentation, de mon mode de vie et de mon environnement. Mais en ayant une vie de citadine occidentale, un travail, une famille, des occupations et obligations, il y a forcément des petits maux qui reviennent sans cesse. Maux de dos, les cervicales, stress, fatigue, sinusite, transit…, des petits problèmes avec lesquels on vit. Parce que l’humain est plein de ressources et s’adapte finalement assez bien à ce qui ne va pas. Notre médecine qui « coupe la personne en rondelles » ne parvient pas toujours à régler de façon définitive, ou à long terme ces désagréments. Pour la simple et bonne raison que de soigner les symptômes d’une sinusite va effectivement dans un premier temps bien vous améliorer et vous soulager assez rapidement, mais la cause de celle-ci peut rester dans l’inconnu, et finalement le problème reviendra. Au terme de plusieurs récidives, un spécialiste s’occupera de vous pour enfin savoir pourquoi, si c’est un problème relevant de la chirurgie (une déviation de cloison nasale par exemple) , si c’est d’origine dentaire il vous enverra alors chez un dentiste, ou un allergologue s’il suspecte une allergie, etc, etc,… et ça peut durer longtemps. Jusqu’au psychologue si au fond ces sinusites ne sont que des manifestations somatiques du fait que vous ne pouvez « plus sentir » votre conjoint! Bref, je schématise un peu, mais au fond on n’est pas si loin de la réalité. L’Ayurvéda va alors voir le problème autrement, et traiter la personne dans sa globalité en agissant sur les sources qui créent ces déséquilibres.

Donc, après des recherches et des renseignements glanés un peu partout, me voilà partie dans le Kérala, région du sud de l’Inde, dans une clinique locale pour faire une cure de PANCHAKARMA. C’est une cure de purification qu’il est conseillé de faire à des moments de transition (changement de saison, changement de vie…). N’ayant pas de véritable pathologie à soigner, je me suis dit que « ce grand nettoyage » allait me faire du bien. En faisant le choix d’une cure complète qui en général est de 14 ou 21 jours (28 jours serait le plus optimal). Pour une première fois 14 jours c’est bien. Il me semblait plus judicieux d’être en « hospitalisation », car je voulais à tout prix éviter l’Ayurvéda version SPA – bien-être en hôtel pour touristes. Je voulais avoir à faire avec de vrais thérapeutes en étant immergée dans la cure. J’étais décidée même si j’étais pleine d’appréhensions aussi, car sur le papier le Panchakarma c’est pas de la rigolade! Surtout là bas en Inde, et en clinique, on est loin de la thalasso cocooning à La Baule.

Des recherches sur le net, et quelques semaines plus tard, j’ai jeté mon dévolu sur le centre MATT INDIA. Quelques échanges par mail avec le manager Joy m’ont confortés dans ce choix. J’ai pris mon billet d’avion pour Cochin, réservé mon séjour dans le centre, peu de temps après j’ai fais mon sac à dos (oui, je suis une inconditionnelle du sac à dos!) et me voilà partie pour le Kérala. Le moment était un peu tumultueux pour moi, une période de ma vie comme on peut en connaître parfois, un peu difficile tant physiquement que psychologiquement. Je suis donc arrivée là bas épuisée, stressée, angoissée, énervée, mais aussi pleine de curiosité et d’espoirs, prête à m’investir et à m’occuper de moi. Après des déboires aériens qui ont prolongés mon voyage, je suis arrivée au centre à quatre heure du matin. J’étais au bout du rouleau, j’ai eu peur, j’ai douté et je me suis éffondrée en pleurs. Arrivée fracassante! Mais comme je savais que la journée commençait par le yoga à 7 heures du matin, après à peine trois heures d’un sommeil agité (sur plus de 24 heures sans dormir), j’y suis allée quand même. Ce qui a eu l’effet de me poser là, de m’immerger en laissant le stress et les angoisses derrière moi pour commencer cette nouvelle aventure en Ayurvéda. En arrivant de nuit, sans repères, dans un endroit inconnu, dans ce pays à dix mille lieues de nos habitudes et dans un état d’esprit tellement négatif, j’ai eu vraiment peur et je me suis sentie perdue et déstabilisée, j’avais eu une vision d’élément déformée des gens et des lieux et de moi même à cet instant là, que le yoga m’est apparu comme le seul point d’ancrage possible (dû à ma pratique régulière depuis des années), ça m’a permis d’ouvrir les yeux sur les gens et les lieux et de me tranquilliser pour commencer l’expérience.

La première étape, et non des moindres, est la consultation avec le responsable médical. En anglais bien sur, mais si vous ne le comprenez pas, il y a toujours moyen de trouver un résident francophone pour aider. Je me suis débrouillée comme j’ai pu vu mon état de fatigue et les particularités de l’accent indien et du vocabulaire médical… Lors de mon séjour le médecin responsable était une femme d’un certain âge, alors assistée de deux plus jeunes en formation, une femme et un homme. Tous d’une gentillesse et d’une bienveillance qui rassurent. La consultation comporte un examen clinique de routine et une prise des paramètres dont le poids, la pression artérielle et surtout la prise des pulsations cardiaques qui est un geste déterminant pour le praticien. Elle seule détermine déjà quels sont vos constituants ou Doshas déséquilibrés. Suit ensuite un entretient très précis. Votre histoire, votre mode de vie, qui vous êtes et ce que vous faites, vos antécédents médicaux et chirurgicaux, vos problèmes de santé. Voir même si nécessaire vos examens, ordonnances ou courriers des praticiens qui vous suivent si vous avez des pathologies particulières (diabète, hypertension artérielle, cancer, allergies…). Ainsi le praticien va déterminer quels seront les soins, médications et recommandations nécessaires à votre cure, ou à votre prise en charge particulière. Il va également rédiger votre ordonnance et donner les consignes pour votre alimentation notamment. (Précision, il s’agit essentiellement d’un régime végétarien, avec pour certaines personnes des suppléments en protéines animales via du yaourt ou des œufs). Les médicaments sont principalement à base de plantes et de minéraux, sous forme de poudres, sirops, comprimés, huile ou ghee (beurre clarifié). Les ordonnances sont très précises et individuelles. Ce qui fait qu’après un passage à la pharmacie du centre tout le monde se balade avec son petit sac de traitements (horaires à respecter), ce qui est très étonnant et amusant au départ.

Pour les soins, chacun se voit « attribuer » une équipe de deux ou trois soignants qui en général vont vous suivre pour toute la durée de votre traitement. Des hommes pour les hommes et des femmes pour les femmes. Ils vont s’occuper de toutes vos thérapies selon les consignes du médecin; massages, drainages, onctions, badigeonnages… Il faut savoir que ces soins se pratiquent nus pour la plupart. Pour se faire, on donne à chacun une tenue, robe pour les femmes et pagne (paréo ou sarong) pour les hommes. Et vus les produits utilisés en soins, les tenues ressemblent à de vieux torchons plein d’huile au bout de deux jours! Présenté comme ça, ça ne fait pas très envie, Mais autant se dire qu’on est tous dans la même galère. Et que nous y sommes tous venus de notre plein gré…

Une journée type à MATT INDIA;

  • 7h yoga et méditation
  • De 9h à 11h petit déjeuner; smoothie de fruits, salade de fruits, un plat (légumes, légumineuses, riz, semoule…)
  • De 9h à 13h; les soins (deux à trois en fonction de ce qui est prévu pour vous)
  • Douche au sceau d’eau très chaude, pour enlever toutes les huiles utilisées il faut bien ça (précision, les douches des chambres n’ont que de l’eau froide)
  • De 12h à 15h déjeuner; un thali, c’est à dire un plateau en inox avec du riz et 3 ou 4 accompagnements de légumes, currys et sauces, ainsi qu’un poori (galette soufflée)
  • Après-midi libre (sauf si soin particulier)
  • De 19h à 21h dîner ; une soupe, un bouillon, des chapattis (crêpes) et bananes

C’était très rythmé finalement. En période de soins il est recommandé de bien s’hydrater et de se reposer. Les après-midi libres peuvent être occupées en dehors du centre (promenades au village, tour en barque sur les backwaters, visites à Cochin, ou repos à la plage…) , mais en faisant attention de ne pas faire d’écarts au régime alimentaire! Autant dire qu’il est difficile pour certains de ne pas succomber aux spécialités locales. Personnellement je n’ai pas eu de mal avec l’alimentation et rares ont été mes transgressions au régime prescrit, essentiellement pour boire du tchaï, délicieux thé au lait et aux épices, ou des jus d’ananas.

Les soins qui m’ont été prescrits:

SHIRODHARA filet d’huile chaude sur le front

    ABHYANGA massage de tout le corps à l’huile (de sésame en général)
    VIRECHANA purge (par des comprimé à base de plantes)
    VASTHI lavement rectal
    NASYA huile nasale et fumigation
    MARDANA massage vigoureux
    ELAKIZHI massage aux pochons de plantes trempés dans de l’huile chaude
    NAVARRAKIZHI massage aux pochons de plantes et riz trempés dans une décoction de lait

Autant vous dire que c’était tout un programme!

Cette cure a été éprouvante, mais enrichissante à tous points de vue. J’y ai appris beaucoup sur l’ayurvéda en suivant ce Panchakarma, mais j’ai surtout beaucoup appris sur moi et sur ma santé, ou comment être et rester en santé. J’ai vu que j’étais résistante et que je pouvais être disciplinée aussi. Même si la partie soins était parfois difficile et tellement loin des soins prodigués en France et en médecine conventionnelle, les autres moments de cette cure étaient agréables. Les yogas du matin sur le toit terrasse au lever du soleil étaient un vrai bonheur même si les séances étaient difficiles à suivre certains jours. J’ai rencontré des personnes exceptionnelles au centre Matt India, l’équipe médicale et les soingnants, le manager, et toutes les petites mains qui travaillent là bas, en cuisine, à l’entretien, ainsi que des rencontres intéressantes parmi les autres « curistes » qui venaient de partout (d’Inde bien sur, mais aussi Australie, Angleterre, Belgique et France), et dont certains étaient des habitués. En revenant régulièrement soigner ou équilibrer des pathologies particulières (diabète, hypertension, allergies, problèmes rhumatologiques, surpoids), ou tout simplement pour leur bien être.

J’ai ressenti le fait de faire cette cure de panchakarma, comme une remise à zéro. Un grand nettoyage et un équilibrage parfait. Je n’ai pas été malade les deux années qui ont suivit cette cure. Et il y a des pratique que j’ai rammenées avec moi et intégrées à mon quotidien. Comme une alimentation plus végétarienne, du yoga et de la méditation plus réguliers, ainsi que des soins aux huiles et aux poudres de plantes. Bien entendu la discipline est plus facile lorsque l’on est en dehors de notre vie habituelle, c’est comme pour tout. Mais c’était une très belle parenthèse, que je renouvellerai volontiers, l’idéal serait une fois par an, et que je recommande à tous pour se sentir bien et en santé.

Namasté.

Je vous mets en liens pour ceux que ça intéresse les coordonnées de ce centre ainsi que differentes références de sites, chaînes YouTube et lecture qui traitent d’ayurveda, que moi même je suis ou consulte régulièrement;

    • « Ayurveda, à l’origine du bien-être, l’Inde ancienne »

https://youtu.be/wCztmZQErQs

    • « Mon médecin indien »

https://youtu.be/LQ9enlnt7FI

2 réflexions sur “Ayurveda; ma cure de Panchakarma en Inde

  1. Claudia dit :

    Je sais rien de Ayurveda, merci pour la presentation! je vais lire encore un fois, mais premierement de regarder les documentaires en silence.

    Tu te sens comment, maintenant? As tu amelioré les problemes de santé?

    J'aime

    • Myriam dit :

      Je n’ai pas de problèmes de santé dans l’ensemble. Mais depuis je n’ai même pas eu un rhume ! Je me sens bien. J’espère pouvoir renouveler cette expérience. Et j’ai pris de bonnes habitudes pour moi depuis, comme de pratiquer le yoga presque quotidiennement. Je recommande vraiment le Panchakarma même si c’est une cure qu’il n’est pas évident de faire. Merci de ton commentaire

      J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s